Les VANDALES

Publié le par Grimbeorn

Les Vandales

 

 

478px-Heinrich Leutemann, Plünderung Roms durch die Vandal

prise de Rome par les Vandales (Heinrich)


L’origine des Vandales est certainement scandinave, les Sillings seraient originaires du Nord du Jutland, tandis que les Hasdings du Golfe d’Oslo qu’ils quittèrent pour le Jutland également: il sont mentionnés pour la première fois par Tacite (Germanie, II).

Entre le Ier et le IIIe siècle, ils étaient établis en Germanie orientale, dans une région située entre la Vistule et l’Oder, au bord de la mer Baltique. Ils étaient alors très proches d’autres peuples barbares comme les Goths et les Gépides. Le nom de Vandales, qui avait pu désigner plusieurs peuples barbares (Pline l’Ancien) fut bientôt porté par deux peuples frères : les Sillings, qui donnèrent son nom à la Silésie, et les Hasdings, qui gagnèrent la Slovaquie : il est possible que le nom de « Hasdings » ne fût alors porté que par la famille royale (L. Musset).

Quoi qu’il en soit, les Vandales installés au cours du IIIe siècle en Slovaquie au nord du Danube face à la Pannonie et l’Illyrie, furent en contact durant près de deux siècles avec d’autres peuples non germaniques comme les Sarmates. C’est au cours de cette période de séjour dans les steppes russes que les Vandales devinrent, comme les Goths, un peuple de cavaliers renommés. Ils s’associèrent aux Sarmates, nation nomade d’origine iranienne, et notamment à leur principale tribu, celle des Alains. A partir du milieu du IIIe siècle, Les Vandales deviennent une composante de la pression des peuples qui migrent dans les régions du Danube. Coalisés avec leurs voisins Goths et Sarmates, ils lancent à partir de 248 des nombreuses attaques sur les provinces romaines danubiennes.

En 271, l’empereur romain Aurélien bat les Goths et les Vandales sur le Danube et passe traité avec les Vandales pour la fourniture de 2000 cavaliers servant comme auxiliaires des légions.

Des groupes de Vandales s’établirent ainsi dans l’Empire, recevant l’autorisation de s’installer sur des terres abandonnées, moyenant la fourniture de contingents de soldats auxiliaires. Ce procédé explique qu’un des derniers grands généraux de l’empire Stilicon soit d’origine Vandale. Mais l’antigermanisme des milieux dirigeants romains mènera à son exécution en 408.

Au début du Ve siècle, les Huns chassèrent les Vandales et leurs alliés Sarmates de leurs territoires. Les Hasdings du roi Godégisel et les Sillings de Frédébal se joignirent alors aux Suèves ou Quades, et aux Alains et se dirigèrent vers le cours supérieur du Rhin. Maintenus un temps sur la rive Est du fleuve par le dispositif défensif romain (le limes rhénan), l’ensemble de ces peuples franchit le fleuve gelé selon la légende, durant la nuit de la saint-Sylvestre (en réalité il fallu plus d’une nuit pour la traversée) le 31 décembre 406, entrant ainsi en masse dans l’Empire romain occidental et participant aux « grandes Invasions ».

En Gaule (407–409)

Les Vandales, comme leurs alliés, se heurtèrent à la résistance des auxilliaires Francs et d’autres peuplades germaniques occidentales fédérées au service de Rome. Ces derniers, d’abord vainqueurs des Vandales, encombrés par leurs familles et qui auraient perdu 20000 hommes (?) et leur roi Godégisel (tué au combat), furent cependant battus, principalement grâce à l’intervention de la cavalerie lourde des Alains (les Cataphractes).

Les Vandales participèrent ensuite à l’invasion de la Gaule qu’ils pillèrent, en tous sens, durant près de deux ans. Après quoi, ils migrèrent en compagnie des Alains et des Suèves vers les Pyrénées.

En Espagne (409–429)

À l’automne 409, les Vandales entrèrent dans la péninsule ibérique, où ils s’installèrent avec une partie de leurs alliés alains (dont certains clans étaient restés en Gaule, notamment sur la Loire). Les Hasdings s’établirent un temps en Bétique avec les Alains, qui errèrent dans les plaines du Tage, tandis que les Sillings, en accord avec les Suèves, s’établirent dans le Sud de la Galice: après avoir mit l’Espagne à feu et à sang, répendant partout famine et désolation, ils furent écrasés en 418 par les troupes fédérées wisigothiques commandés par leur roi Wallia en personne, envoyé par Rome pour rétablir l’ordre. Les Suèves furent battus à plusieurs reprises, repoussés et confinés dans le N.-O. de la péninsule, les Alains, beaucoup moins nombreux que les Wisigoths, furent réduits, tandis que les Sillings, très durement touchés, furent obligés de rejoindre leurs cousins dans le Sud et reconnaitrent comme roi, le roi hasding Gundéric vers 419: c’est à ce moment que le nom de Vandales les désigna communément. Ils pillèrent la région de la future Andalousie durant une dizaine d’années. Cette étape fut très importante pour eux car elle leur permit de devenir le seul peuple barbare maîtrisant la navigation (après avoir enrôlé des marins de force), tandis qu’ils élargirent le champ de leurs actions aux îles baléares et sur la côte Nord-africaine.

Enfin, c’est probablement durant leur séjour d’une vingtaine d’années en Espagne que les Vandales se convertirent en partie à l’Arianisme (peut-être sous influence wisigothique), conversion qui fut lourde de conséquences par la suite.

En Afrique du Nord (429–439)

En 428, Genséric devint roi des Vandales et des Alains, succédant à son demi-frère Gundéric, qui aurait été tué par des Suèves (empalé). Probablement attiré par la richesse de l’Afrique romaine, encore épargnée par les Barbares, qu’il avait découvert en Maurétanie et devant l’épuisement des richesses de la Bétique (certainement aussi la peur des Goths, leurs ennemis héréditaires, de plus en plus puissants et entreprenants), il regroupe son armée et son peuple, qu’il compta minutieusement pour les besoins de la traversée du détroit et réunissant ainsi environ 80 000 individus dont 15 à 20000 guerriers, selon les sources contemporaines (Victor de Vita).

L’« armée » ainsi constituée accomplit la traversée du détroit de Gibraltar au printemps 429 et entra dans l’actuelle Algérie pour atteindre la ville de Hippone (Bône: Annaba) en mai ou juin 430. Celle-ci tomba à la suite d’un long siège en 431 durant lequel le célèbre saint Augustin mourut.

Les Romains reconnurent l’établissement des Vandales en Algérie orientale et en Tunisie et tentèrent de les apaiser en signant un traité avec eux (foedus), en 435. Néanmoins, les Vandales reprirent leur progression le long de la côte pour prendre Carthage sans grande résistance, le 19 octobre 439.

 

 

Le royaume vandale d’Afrique (429–533)

De 429 à 439, les Vandales conquirent une partie des territoires situés sur la côte Nord-africaine et s’établirent durablement en Algérie orientale et en Tunisie. Ils contraignirent Rome à établir un traité (fœdus) avec eux par deux fois (en 435 et 442) et constituèrent un original royaume vandale d’Afrique, parfois nommé « royaume de Carthage », du nom de la riche capitale romaine d’Afrique qu’ils prirent en 439.

En 439, les Vandales prirent la ville de Carthage (dans l’actuelle Tunisie), alors capitale de l’Afrique romaine. ils menacèrent ensuite rapidement l’Italie après avoir débarqué en Sicile en 440.

Aussi, en 442, l’empereur Valentinien III leur abandonna de nouvelles terres en Afrique par le biais d’un deuxième fœdus, reconnaissant ainsi la constitution du royaume vandale d’Afrique autour de Carthage.

Les Vandales, trop peu nombreux, n’occupèrent jamais véritablement l’ensemble des terres qui leurs avaient été abandonnées, principalement pour des raisons démographiques et à cause de leur isolement par rapport aux populations indigènes et romaines. Ils créèrent ainsi un vide rapidement occupé par les tribus berbères voisines, peu ou pas romanisés. À l’inverse, c’est sur les territoires correspondant à l’actuelle Tunisie et à l’est de l’Algérie, qu’ils tentèrent d’asseoir durablement leur pouvoir depuis la ville de Carthage.

Pour cela, ils appliquèrent une politique de confiscation des terres appartenant à des propriétaires romains (contrairement aux autres barbares qui partagèrent simplement les terres comme les Burgondes). Les coutumes et les lois du Bas-Empire romain furent conservées dans leur royaume (tablettes d’Albertini, 493–496), mais les Vandales refusèrent toute fusion avec la population indigène ou romaine, hypothéquant ainsi en grande partie leur avenir dans cette région. Ils se réservèrent les fonctions militaires et politiques mais par leur manque de connaissance en lois écrites et en administration, laissèrent ces tâches aux autochtones romains ou romanisés.

De plus, continuant à poursuivre leur seul intérêt, ils assirent progressivement leur contrôle sur la Méditerranée méridionale : ils conquirent la Corse et la Sardaigne (455), rançonnèrent Rome durant 15 jours de pillage systématique (2-16 juin 455), et prirent la Sicile (468), non sans avoir détruit une importante flotte byzantine envoyée contre eux. Finalement peu après la chute officielle de l’Empire romain d’Occident en 476, le pouvoir vandale fut reconnu par le nouveau maître de Rome, le barbare Odoacre.

Seule la mort de Genséric, en janvier 477, marqua le terme de leur expansion et de leur agressivité mais marqua aussi le début des luttes intestines et de l’affaiblissement du royaume et des Vandales eux-mêmes, dû essentiellement au luxe et au confort qui ramollissent les esprits les plus guerriers comme l’on sait. Les Vandales vont payer leur main-mise sur la riche Afrique.

Le saccage systématique des côtes et des îles de Méditerranée occidentale (Espagne, Sicile (440), Corse, îles Baléares, ...) par les Vandales fidèles à leur tradition de pillages et désireux de profiter de leur supériorité maritime, eut aussi comme conséquences d’affaiblir un peu plus l’Empire romain et les provinces touchées ne s’en relevèrent jamais. Le royaume vandale s’étendant sur des régions productrices de céréales, l’approvisionnement en blé de l’Italie aussi avait été grêvé. Pour autant, il semble que l’Afrique vandale conserva sa prospérité économique.

La chute des Vandales (533–534)

L’instabilité du trône vandale à la mort de Genséric (luttes intestines), l’affaiblissement des Vandales eux-mêmes, notamment du point de vue militaire (goût du luxe, confort et oisiveté, manque d’entraînement et d’ennemis sérieux à combattre, baisse de la combatitivité, difficulté de recruter pour l’armée,...), les conflits politiques et religieux, la division de la noblesse entre nationalistes et pro-byzantins, les attaques de plus en plus fréquentes des Berbères et l’énergie de l’empereur Justinien et de son général Bélisaire, provoquèrent la chute rapide du royaume vandale d’Afrique du nord.

À la fin du mois d’août 533, Bélisaire débarqua en Afrique avec 15000 mercenaires barbares, des Hérules et 1000 Huns : il se rendit maître de Carthage à peine deux mois plus tard (octobre) après les batailles de Tricamarum et Decimum, non-loin de Carthage. Au printemps 534, le dernier roi vandale Gélimer, qui s’était réfugié un temps chez ses alliés berbères dans les montagnes de l’Ouest et qui aurait cherché à rejoindre l’Espagne wisigothique (où vivait encore une communauté vandale et certains vandales d’Afrique qui y auraient fuit), se rendit à lui, fut enmené à Byzance figurant dans le triomphe de Justinien et finit ses jours en Galatie.

Les Vandales survivants furent alors déportés en masse en Asie (534-535), soit en esclavage, soit enrôlés de force comme cavaliers auxilliaires de l’Empire byzantin à l’Est. Beaucoup de jeunes femmes vandales furent prises comme épouses par les soldats de Bélisaire. Enfin, une partie du peuple parvint à fuir et se réfugia un temps chez les Maures et harcelèrent vainement les troupes byzantines. Ces derniers furent en grande partie pris et déportés à leur tour en 538.

Chronologie

279 : Dans les Balkans, Probus rejette les Burgondes et les Vandales hors de Rhétie.
334 : Les Goths protègent l’Empire romain contre une invasion vandale dans la région danubienne.
407 : Les Vandales envahissent la Gaule avec les Alains et les Suèves.
409 : Les envahisseurs vandales, alains et suèves se partagent l’Espagne en tirant au sort.
425 : Les Vandales construisent une flotte méditerranéenne.
425 : Les Vandales s’emparent des Îles Baléares.
428 : règne de Genséric (Geiseric), roi des Vandales et des Alains.
429 : 80 000 Vandales et Alains conduits par Genséric traversent le détroit de Gibraltar pour se répandre en Afrique du Nord.
430 : Saint Augustin, évêque d’Hippone (Bône), meurt durant le siège de sa ville par les Vandales.
431 : prise d’Hippone par Genséric.
439 : Les Vandales s’emparent de Carthage, de la Sardaigne et de la Corse. Fondation du royaume vandale d’Afrique.
442 : Le roi Genséric signe un traite de paix avec l’empereur Valentinien III et l’approbation de Théodose II.
442 : Les Vandales rendent la Sicile, récemment envahie, en échange de la Numidie et les deux provinces de Mauritanie (Maroc et Algérie) ; ils reçoivent un traité pour diriger la province romaine d’Afrique (Tunisie et Libye occidentale).
449 : Attila s’allie aux Vandales contre Rome.
455 : Les Vandales, partis d’Afrique du Nord et conduits par Genséric, prennent et pillent Rome, puis s’établissent en Sicile.
468 : Les Vandales s’emparent de la Sicile.
468 : Victoire des Vandales sur la flotte byzantine au Cap Bon.
477 : Mort de Genséric après un demi-siècle de règne sur les Vandales.
523 : Décès du roi Thrasamund.
523 : Hildéric, fils de la princesse romaine Eudocie, pro-byzantin, devient roi des Vandales malgré son impopularité et son grand âge.
533 : Les forces de Byzance conduites par Bélisaire battent les Vandales à deux reprises (Tricamarum et Ad Decimum) et entrent dans Carthage (octobre).
534 : Reddition de Gélimer et de ses partisans. Déportation en masse des survivants à Byzance puis en Galatie.
538 : Dernières raffles et déportations des Vandales réfugiés chez les Berbères.

Publié dans PEUPLES BARBARES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article