LES FRANCS




The Franks or Frankish people (Latin: Franci or gens Francorum) were a West Germanic tribal confederation first attested in the 3rd century as living north and east of the Lower Rhine River. From the third to fifth centuries some Franks raided Roman territory while other Franks joined the Roman troops in Gaul. Only the Salian Franks formed a kingdom on Roman-held soil that was acknowledged by the Romans after 357. In the climate of the collapse of imperial authority in the West, the Frankish tribes were united under the Merovingians and conquered all of Gaul save Septimania in the 6th century. The Salian political elite would be one of the most active forces in spreading Christianity over western Europe.

The Merovingian dynasty, descended from the Salians, founded one of the Germanic monarchies which replaced the Western Roman Empire from the 5th century. The Frankish state consolidated its hold over large parts of western Europe by the end of the eighth century, developing into the Carolingian Empire which dominated most of Western Europe. This empire would gradually evolve into France and the Holy Roman Empire.

Contemporary definitions of the ethnicity of the Franks vary by period and point of view. Many in the East used the term "Franks" to describe or refer to Western Europeans and Roman Catholic Christians in general. It is unclear, though, to what extent different Western European groups described or referred to themselves as the Franks. Within Francia, the Franks appear to have initially been a distinct group with their own culture but the Frankish identity gradually changed from an ethnic identity to a national identity, much as happened with the Roman identity during the course of their empire.

Name

The ethnonym Frank has sometimes been traced to the Latin francisca (from the Germanic *frankon, akin to the Old English franca), meaning "javelin." While the throwing axe of the Franks is known as the francisca, the weapon conversely may have been named after the tribe. A. C. Murray says, "The etymology of Franci is uncertain ('the fierce ones' is the favourite explanation), but the name is undoubtedly of Germanic origin."[1]

[edit] Mythological origins

Like many Germanic peoples, the Franks developed an origin story to connect themselves with peoples of antiquity. In the case of the Franks, these peoples were the Sicambri and the Trojans. An anonymous work of 727 called Liber Historiae Francorum states that following the fall of Troy, 12,000 Trojans led by chiefs Priam and Antenor moved to the Tanais (Don) river, settled in Pannonia near the Sea of Azov and founded a city called "Sicambria". In just two generations (Priam and his son Marcomer) from the fall of Troy (by modern scholars dated in the late Bronze Age) they arrive in the late fourth century at the Rhine. An earlier variation of this story can be read in Fredegar. In Fredegar's version an early king named Francio serves as namegiver for the Franks, just as Romulus has lent his name to Rome.

[edit] History
Main article: Francia

The Franks enter recorded history around the year 50 due to an invasion across the Rhine into the Roman Empire. They are first mentioned on the Tabula Peutingeriana as the Chamavi qui est Pranci (meaning "Chamavi, who are Pranci", probably an error for Franci). Over the next century other Frankish tribes besides the Chamavi surface in the records. The major primary sources include Panegyrici Latini, Ammianus Marcellinus, Claudian, Zosimus, Sidonius Apollinaris and Gregory of Tours. As early as 357 a Frankish king from the Salians enters Roman-held soil to stay.

[edit] Origins

Modern scholars of the Migration Period are in agreement that the Frankish identity emerged at the first half of the 3rd century out of various earlier, smaller Germanic groups, including the Salii, Sicambri, Chamavi, Bructeri, Chatti, Chattuarii, Ampsivarii, Tencteri and Batavi, who inhabited the lower Rhine valley between the Zuyder Zee and the river Lahn and extended eastwards as far as the Weser, but were the most densely settled around the IJssel and between the Lippe and the Sieg. The Frankish confederation probably began to coalesce in the 230s.

The Salian Franks invaded the Roman Empire and were accepted as Foederati by Julian the apostate in 358. By the end of the fifth century, the Salian Franks extended their footprint on Roman soil to a territory including the Netherlands south of the Rhine, Belgium and Northern Gaul, where they encountered other peoples also of the Frankish ethnicity. They gave rise to the Merovingian dynasty[2] in the 5th century.

Franks appear in Roman texts as both allies and enemies (laeti or dediticii). Around 250, one group of Franks, taking advantage of a weakened Roman Empire, penetrated as far as Tarragona in present-day Spain, plaguing this region for about a decade before Roman forces subdued them and expelled them from Roman territory. About seventy years later, the Franks had the region of the Scheldt river (present day west Flanders and southwest Netherlands) under control[citation needed], and were raiding the Channel, disrupting transportation to Britain. Roman forces pacified the region, but did not expel the Franks[citation needed], who continued to be feared as pirates along the shores at least until the time of Julian the Apostate (358), when Salian Franks were granted to settle as foederati in Toxandria, according to Ammianus Marcellinus.[3]

In the 5th century, numerous small Frankish kingdoms existed, among them the ones in Cologne, Tournai, and Cambrai. The kings of Tournai eventually came to subdue the other Frankish kings. This was probably enabled by their association with Aegidius, the magister militum of northern Gaul; King Childeric I fights on Aegidius' side in 463. It is assumed that Childeric and Clovis I, his son, were commanders of the Roman military in the Province of Belgica Secunda, and thus subordinate to the magister militum. Clovis later turned against the Roman military leaders and won a battle against Syagrius in 486/487. After this battle, Clovis had Chararic, another Frankish king, imprisoned; he was later executed. A few years later, Ragnachar, Frankish king of Cambrai, and his brothers were killed by Clovis. By the 490s, Clovis had conquered all the Frankish kingdoms to the west of the River Maas, leaving only the Ripuarian Franks.

[edit] Merovingian kingdom (481–751)
Territorial situation of the Frankish Empire, AD 481–814.
    This section is missing citations or needs footnotes. Please help add inline citations to guard against copyright violations and factual inaccuracies. (July 2007)
Main article: Merovingians

Clovis I became the first king of all Franks in 509, when he conquered the kingdom of Cologne. He had conquered the Kingdom of Soissons of the Roman general Syagrius and expelled the Visigoths from southern Gaul at the Battle of Vouillé, thus establishing Frankish hegemony over most of Gaul, excluding Burgundy, Provence, and Brittany, which he left to his successors, the Merovingians, to conquer.

Clovis divided his realm between his four sons in a manner which would become familiar, as his sons and grandsons in turn divided their kingdoms between their sons. Clovis' sons united to defeat Burgundy in 534, but internecine feuding came to the fore during the reigns of the brothers Sigebert I and Chilperic I and their sons and grandsons, largely fueled by the rivalry of the queens Fredegunda and Brunhilda. This period saw the emergence of three distinct regna (realms or subkingdoms): Austrasia, Neustria, and Burgundy. Each region developed in its own way and often sought to exert influence over the others. The rising star of the Arnulfing clan of Austrasia meant that the centre of political gravity in the kingdom gradually shifted eastwards from Paris and Tours to the Rhineland.

The Frankish realm was united again in 613 by Chlothar II, son of Chilperic. Chlothar granted the Edict of Paris to the nobles in an effort to cut down on corruption and unite his vast realm under his authority. After the militarily successful reign of his son and successor Dagobert I, royal authority rapidly declined under a series of kings traditionally known as rois fainéants. By 687, after the Battle of Tertry, the chronicler could say that the mayor of the palace, formerly the king's chief household official, "reigned." Finally, in 751, with the approval of the papacy and the nobility, the mayor Pepin the Short deposed the last Merovingian king, Childeric III, and had himself crowned, inaugurating a new dynasty, the Carolingians.

[edit] Carolingian empire (751–843)
    This section is missing citations or needs footnotes. Please help add inline citations to guard against copyright violations and factual inaccuracies. (July 2007)
Main article: Carolingian Empire

The unification of most of what is now western and central Europe under one chief ruler provided a fertile ground for the continuation of what is known as the Carolingian Renaissance. Despite the almost constant internecine warfare that beset the Carolingian Empire, the extension of Frankish rule and Roman Christianity over such a large area ensured a fundamental unity throughout the Empire. Each part of the Carolingian Empire developed differently; Frankish government and culture depended very much upon individual rulers and their aims. Those aims shifted as easily as the changing political alliances within the Frankish leading families. However, those families, the Carolingians included, all shared the same basic beliefs and ideas of government. These ideas and beliefs had their roots in a background that drew from both Roman and Germanic tradition, a tradition that began before the Carolingian ascent and continued to some extent even after the deaths of Louis the Pious and his sons.

The sons of Louis the Pious, Charlemagne's grandsons, fought a civil war after Louis' death over their inheritance, which only ended in exhaustion. The Frankish lands were divided between them. Charles the Bald was given the western lands, "West Francia", that would later become France. Louis the German received the eastern lands, which would become Germany. Lothair I was given the lands between the two, "Middle Francia" which consisted of Lotharingia, Provence, and northern Italy. Middle Francia was not united in any way, and in the next generation disintegrated into smaller lordships, with West Francia and East Francia fighting for control over them. Arguably, France and Germany continued to fight over these lands up until World War II.

[edit] Military

In general Germanic peoples on the borders are known to have served in the Roman army since the days of Julius Caesar. The tribes at the Rhine delta that later became Franks are no exception to that general rule. Despite the fact that from the 3rd century onward large quantities of Germanic peoples served in the Roman army, others kept on invading and raiding Roman soil. This caused confrontations between Franks and their neighbours on Roman soil as the Batavi and Menapii. When Roman administration collapsed in Gaul in 260 due to a joint invasion of Franks and Alamanni, The Germanic Batavian Postumus was forced to usurp power to restore order. From that moment on Germanic soldiers in the Roman army, most notably Franks, were visibly promoted from the ranks. A few decades later the Menapian Carausius (born in Batavia) created a Batavian-British rumpstate on Roman soil that was supported by Frankish soldiers and pirates. In the mid 4th century Frankish soldiers like Magnentius, Silvanus and Arbitio held a dominant position in the Roman army. From description of Ammianus Marcellinus it becomes clear that both Frankish and Alamannic armies were organised like Romans and fought comparably.

After the invasion of Chlodio the Roman armies at the Rhine-border became a Frankish "franchise", and Franks were known to levy Roman-like troops that were supported by a Roman-like armour-industry. This lasted at least till the days of Procopius, when the Roman Empire was gone for more than a century, because this historian reported that the former Rhine-army was still in operation and that legions kept on using the same standard and insignia as had their forefathers during Roman time.

Militarily, the Franks under the Merovingians melded Germanic custom with Roman organisation and several important innovations. Before the conquest of Gaul, the Franks fought primarily as a tribe unless they were part of a Roman military unit fighting in conjunction with other regiments.

[edit] Early Frankish warfare

The primary sources for Frankish military custom and armament are Ammianus Marcellinus, Agathias, and Procopius, the latter two Eastern Roman historians writing about Frankish intervention in the Gothic War.

Writing of 539, Procopius says:

    At this time the Franks, hearing that both the Goths and Romans had suffered severely by the war . . . forgetting for the moment their oaths and treaties . . . (for this nation in matters of trust is the most treacherous in the world), they straightway gathered to the number of one hundred thousand under the leadership of Theudebert I and marched into Italy: they had a small body of cavalry about their leader, and these were the only ones armed with spears, while all the rest were foot soldiers having neither bows nor spears, but each man carried a sword and shield and one axe. Now the iron head of this weapon was thick and exceedingly sharp on both sides, while the wooden handles was very short. And they are accustomed always to throw these axes at one signal in the first charge and thus to shatters the shields of the enemy and kill the men.[4]

His contemporary, Agathias, says:

    The military equipment of this people [the Franks] is very simple. . . . They do not know the use of the coat of mail or greaves and the majority leave the head uncovered, only a few wear the helmet. They have their chests bare and backs naked to the loins, they cover their thighs with either leather or linen. They do not serve on horseback except in very rare cases. Fighting on foot is both habitual and a national custom and they are proficient in this. At the hip they wear a sword and on the left side their shield is attached. They have neither bows nor slings, no missile weapons except the double edged axe and the angon which they use most often. The angons are spears which are neither very short nor very long they can be used, if necessary, for throwing like a javelin, and also in hand to hand combat.[5]

While the above quotations have been used as a statement of the military practices of the Frankish armies in the sixth century and have even been extrapolated to the entire period preceding Charles Martel's reforms (early – mid eighth century), post-Second World War historiography has emphasised the inherited Roman characteristics of the Frankish military from the date of the beginning of the conquest of Gaul. The Byzantine authors present several contradictions and difficulties. Procopius denies the Franks the use of the spear while Agathias makes it one of their primary weapons. They agree that the Franks were primarily infantrymen, threw axes, and carried a sword and shield. Both writers also contradict the authority of Gallic authors of the same general time period (Sidonius Apollinaris and Gregory of Tours) and the archaeological evidence. Scramasaxes and arrowheads are numerous in Frankish graves even though the Byzantine historians do not assign them to the Franks.

The evidence of Gregory and of the Lex Salica implies that the early Franks were a cavalry people. In fact, some modern historians have hypothesised that the Franks possessed so numerous a body of horses that they could use them to plough fields and thus were agriculturally technologically advanced over their neighbours. Perhaps the Byzantine writers considered the Frankish horse to be insignificant relative to the Greek cavalry, which is probably accurate.[6]

[edit] Merovingian military

[edit] Composition and development

The Frankish military establishment incorporated many of the pre-existing Roman institutions in Gaul, especially during and after the conquests of Clovis I in the late fifth and early sixth centuries. Frankish military strategy revolved around the holding and taking of fortified centres (castra) and in general these centres were held by garrisons of milites or laeti, that is, former Roman soldiers. Throughout Gaul the descendants of Roman soldiers continued to wear their uniforms and perform their ceremonial duties.

Immediately beneath the Frankish king in the military hierarchy were the leudes, sworn followers of the king, generally "old soldiers" in service away from court.[7] They could be Gallo-Romans or Franks, laymen or clergy.[citation needed] Some historians[who?] have gone to the length of relating their oath-making to the later development of feudalism. The king also had an elite bodyguard called the truste (trustis). Members of the truste, antrustiones, often served in centannae, garrison settlements of Franks (or others) established for military and police purposes throughout the realm. The actual day-to-day bodyguard of the king was made up antrustiones (senior soldiers who were aristocrats in military service) and pueri (junior soldiers and not aristocrats, who in time would be promoted to antrustiones).[8] All high-ranking men had pueri.

The Frankish military was not composed solely of Franks and Gallo-Romans, but also contained Saxons, Alans, Taifals, and Alemanni. After the conquest of Burgundy (534) the well-organised military institutions of that kingdom were integrated into the Frankish realm. Chief among these was the standing army under the command of the Patrician of Burgundy.

In the late sixth century, during the wars instigated by Fredegund and Brunhilda, the Merovingian monarchs introduced a new element into their militaries: the local levy. A levy consisted in all the able-bodied men of a district who at the call had to report for military service. The local levy applied only to a city and its environs. Initially only in certain cities in western Gaul, in Neustria and Aquitaine, did the kings possess the right or power to call up the levy. The commanders of the local levies were always different from the commanders of the urban garrisons. Often the former were commanded by the counts of the districts. A much rarer occurrence was the general levy, which applied to the entire kingdom and included peasants (pauperes and inferiores). General levies could also be made within the still-pagan trans-Rhenish stem duchies at the bequest of a monarch. The Saxons, Alemanni, and Thuringii all had the levy and it could be depended upon by the Frankish monarchs until the mid-seventh century, when the stem dukes began to sever their ties to the monarchy. Radulf of Thuringia called up the levy for a war against Sigebert III in 640.

Soon the local levy spread to Austrasia and the less Romanised regions of Gaul. On an intermediate level, the kings began calling up territorial levies from the regions of Austrasia (which did not have major cities of Roman origin). However, all the forms of the levy gradually disappeared in the course of the seventh century after the reign of Dagobert I. Under the so-called rois fainéants, the levies disappeared by mid-century in Austrasia and later in Burgundy and Neustria. Only in Aquitaine, which was fast becoming independent of the central Frankish monarchy, did complex military institutions persist into the eighth century. In the final half of the seventh century and first half of the eighth in Merovingian Gaul, the chief military actors became the lay and ecclesiastical magnates with their bands of armed followers called retainers. The other aspects of the Merovingian military, mostly Roman in origin or innovations of powerful kings, disappeared from the scene by the eighth century.

[edit] Strategy, tactics, and equipment

The equipment of the Merovingian armies was as varied as the composition. Magnates were known to provide their retainers with coats of mail, helmets, shields, lances, swords, bows and arrows, and war horses. The magnates' private armies resembled in armament those of the Gallo-Roman potentiatores of the late Empire. The descendants of Roman soldiers continued to use their service weapons. There was a strong element of Alanic cavalry settled in Armorica which influenced the fighting style of the Bretons down into the twelfth century. Local urban levies could be reasonably well-armed and even mounted, but the more general levies were composed of pauperes and inferiores who were mostly farmers by trade and carried into battle whatever weapons they had at hand, often tools or farming implements which made them militarily ineffective and thus rarely called upon. The peoples east of the Rhine — Franks, Saxons, and even Wends — who were sometimes called upon to serve wore less and more rudimentary armour and carried more primitive weaponry, including spears and axes. Few of these men were mounted and they were not affected very much by Roman traditions and technologies.

Merovingian strategy was wound up in the militarised nature of the entire society. The Franks, unlike their Germanic neighbours to a great extent in this respect, were disposed to call annual meetings each 1 March (the so-called Marchfeld, because assemblies so large had to meet in open fields) whereat the nobles in the presence of the king determined the military target or targets for the coming season of campaigning. This also served as a "show of strength" on behalf of the monarch, and a way for the monarch to retain the loyalty of common troops.[9] In their civil wars with one another, the Merovingian kings concentrated on the holding of fortified places and cities (castra) and siege warfare was a primary aspect in all their endeavours. Siege engines of Roman type were used extensively and the greatest emphasis on tactics was tied to sieges. In offensive wars waged against external foes, the objective was typically the acquisition of booty or the enforcement of tribute. Only in the lands beyond the Rhine did the Merovingians seek to extend their political control over their neighbours.

Tactically, the Merovingians borrowed heavily from the Romans, especially regarding siege warfare. However, they were not bereft of innovation and there seems to be little remnant of tribal custom in their battle tactics, which were highly flexible and designed to meet the specific circumstances under which battle was being given. Subterfuge, as a tactic, was endlessly employed. Cavalry formed a large segment of the Merovingian military, but mounted troops readily dismounted when appropriate to fight on foot with the infantry. The Merovingians were capable of raising naval forces when necessary. The most significant naval campaign was waged against the Danes by Theuderic I in 515 and involved ocean-worthy ships. More regular was the use of rivercraft on the Loire, Rhone, and Rhine.

[edit] Carolingian military
    This section requires expansion.

[edit] Francisca

A well known weapon of the Franks is the "scramas", a javelin that is better known under the Latin word francisca. Historian Ammianus Marcellinus shows us that the Franks used this weapon in the same way late Roman troops used their javelins.

[edit] Culture

[edit] Language and literature

The language spoken by the early Franks is known as Old Frankish and is only attested in a few words in the Lex Salica and in personal names, and is mostly reconstructed from Old Low Franconian and loanwords in Old French and Latin. It evolved eventually into Old Low Franconian and then into Old Dutch in the Low Countries, while in what is now Germany the Eastern Franconian dialects were slowly replaced from the 14th century by High German. In what became France, from the 8th century Frankish was replaced by Old French south of the language border as the academic level was progressing (particularly after the reforms introduced by Charlemagne), keeping only partially the phonetic and the spelling in the Romance language. From the 10th century the language border slowly moved north to the current border between French and the Germanic languages; Dutch and German.

There is no surviving work of literature in the Frankish language and perhaps no such works ever existed. Latin was the written language of Gaul before and during the Frankish period (early in their history the Salians adopted Latin as a second language e.g. the Ubii). Of the Gallic works which survive, there are a few chronicles, many hagiographies and saints' lives, and a small corpus of poems.

The word Frank has the meaning of "free" (e.g. English frank, frankly, franklin) This arose because, after the conquest of Gaul, only Franks were free of taxation.[10]

[edit] Religion

[edit] Paganism
Main article: Frankish mythology
Drawings of golden bees or flies discovered in the tomb of Childeric I.

Echoes of Frankish paganism arise in the primary sources, but their meaning is not always clear. Modern scholars vary wildly about their interpretation, but it is very likely that Frankish paganism shared most of its characteristics with the other varieties of Germanic paganism. The mythology of the Franks was probably a form of Germanic polytheism, later adapted and supplanted in the wake of their incursion into the Roman Empire.

It was highly ritualistic and many daily activities centred around the multiple deities, chiefest of which may have been the Quinotaur, a water-god from whom the Merovingians were reputed to have derived their ancestry.[11] Most of the pagan gods were associated with local cult centres and their sacred character and power were associated with specific regions, outside of which they were neither worshipped nor feared. Most of the gods were "worldly", possessing form and having concrete relation to earthly objects, in contradistinction to the transcedent God of Christianity.[12]

Archaeologically, Frankish paganism has been observed in the burial site of Childeric I, where the king's body was found covered in a cloth decorated with numerous bees or flies. The symbolism of these insects is unknown.


   LES FRANCS

 *   Les Francs apparaissent au début du premier millénaire dans les sources latines: dès les IIe siècle et IIIe siècle les Romains avaient déjà des contacts avec les Francs, qu'ils enrôlaient comme mercenaires dans leur armée, et ce bien avant les invasions germaniques proprement dites. Francia est d'ailleurs une adaptation latine du IIIe siècle du terme Franko(n), nom que donnaient les Francs à leur domaine. "Francia" n’a alors pas une connotation politiquegéographique ou sociologique, comme Maghreb ou Balkans au XXIe siècle. Aux IIe siècle et IIIe siècleFranci" désignait alors une ligue ou confédération de peuples germaniques installés sur la rive inférieure droite du Rhin  (c'est-à-dire au Nord-Est du Rhin), au-delà des frontières de l'Empire romain. Les Francs n'étaient assujettis ni à l'Empire ni à un autre peuple, comme les Alamans, autre regroupement d'ethnies établies plus au sud sur la rive droite du Rhin (du germanique "All-" et "Mann-", regroupement de "tous les hommes"). Ainsi "frank" ou francuslibre" (libre de la domination romaine, mais pourrait être une interprétation postérieure, un adjectif tiré du nom propre[1]) en langue germanique. La racine frank  n'appartenant pas au germain primitif, l'étymologie frie-rancken (libere vacantes)[2] pourrait aussi signifier libres voyageurs[3]. On peut aussi retrouver l'origine du mot Franc dans le mot Frekkr, signifiant hardi, courageux, intrépide, vaillant en vieux norrois[1]). Le peuple franc est avant tout un peuple de guerriers qui élisait un chef de guerre, nommé roi des Francs, qui exerçait son autorité dans son gau ou pagus (pays), et se plaçait librement sous son autorité pour les affaires militaires. mais plutôt " signifierait "

    * En 287/288 l’empereur Maximien écrase le roi salien Gennobaude qui choisit de se soumettre sans combat, avec tout son peuple. Maximien accepte sa reddition et installe les Saliens en Toxandrie, à l'embouchure du Rhin derrière le limes en Gaule belgique, d'abord sous le statut de Lètes (soumis à l’autorité impériale), alors que des Chamaves sont reconduits à la frontière. Il semble que les Francs Saliens aient exceptionnellement bien accepté leur statut pourtant peu glorieux du point de vue romain. Protégés par la paix romaine, ils vont s'y multiplier et glisser à l'ouest le long de la mer du Nord dans les Flandres où ils produiront du sel, par évaporation de l'eau de mer ("salinatores", d’où peut-être l’origine de leur nom "Saliens"). Ils occupaient, dans l'actuel Pays-Bas, un territoire lacustre au confluant du Vecht et de l'Ijssel, le Sallzee, qui devint le Salland au moyen-âge, d'où le nom "Saliens" est originaire[4]. C'est ainsi le premier peuple germanique à s'établir de manière permanente en territoire romain, et donc le premier aussi à se latiniser. Néanmoins les premiers rois francs semblent être longtemps restés suspects aux yeux de l'église catholique romaine, comme le montrent ces paroles de Grégoire de Tours du VIe siècle: « il parait que cette race fut toujours adonnée aux cultes idolâtres, et ne connut pas du tout le vrai Dieu. Ils se firent des images des forêts, des eaux, des oiseaux, des bêtes sauvages et d’autres objets, et s’accoutumèrent à les adorer, leur offrant des sacrifices [5]».


Religion


250px-Treated_NKS_thorr.jpg
magnify-clip.png
Thor sur un manuscrit islandais du XVIIIe siècle. Institut Árni Magnússon, Islande.


Les Francs partageaient le paganisme polythéiste des Ases, fixant le destin des hommes, avec les autres peuples germaniques et scandinaves. Le dieu Wotan était le père des dieux, il présidait à la guerre, à la poésie et à l'éloquence. Il eut pour épouse Frigg, déesse de la fécondité et de la victoire, avec qui il eut un fils, Thor, dieu du tonnerre, du vent, des saisons[6], de la fertilité[7]. Les germains vus comme héros étaient également déifiés. Le chef des Chérusques, HermannArminius), qui avait été élevé à Rome et avait servi dans les armées d'Auguste, retourna en Germanie9, il tendit un piège à Varus à Teutoburgenwald, où ses légions composées de près de cinquante mille soldats furent massacrées. Hermann mena des escarmouches contre les romains, et s'employa à détruire les fortifications romaines de l'Elbe, la Weser et le Rhin. Voulant appaiser les conflits entre rois germains, il fut accusé de dictature et finalement empoisonné. Il fut alors érigé en héros et célébré par des chansons populaires. Les Saxons lui dédièrent un temple à Ehresbourg (Stadberg) en Westphalie, faisant face à un arbre nommée Irminsul. Les Germains lui vouèrent un culte en se réunissant autour de Irminsul, jusqu'à ce que Charlemagne fasse abattre l'arbre en 772 pour abolir le culte païen[8]. Ils vénéraient également la nature comme les sources, les arbres et les rochers, mais aussi les astres, notamment la Lune et le Soleil. Ils pratiquaient des sacrifices humains, généralement des prisonniers, pour apaiser les divinités. Leurs rites se déroulaient autour d'un arbre sacré, au sommet d'un rocher, ou au fond d'une caverne. Ils croyaient à la résurrection des corps[8] et , les germains occidentaux, enterraient les morts avec leurs objets précieux et leurs armes, afin de continuer à guerroyer outre-tombe et à festoyer après que Wotan les aient envoyés dans le Walhalla (Valhöll). Les germains orientaux (Burgondes, Goths...) purent pratiquer des rites funéraires différents, à cause de divergence en cette croyance[9


 


 

 

250px-Abeilles_en_or_provenant_de_la_tom
magnify-clip.png
Abeilles en or provenant de la tombe de Childéric.


Ainsi, Childéric Ier se fit inhumer avec des vêtements brodés d'or et était revêtu d'un manteau en brocart de soie pourpre revêtu d'abeille d'or cousues avec grenats, le paludamentum des généraux romains. Il s'agissait peut-être d'abeilles naissant dans une peau de taureau et fournissant à l'humanité le miel de l'abondance[10]. Il portait également une cuirasse et une fibule cruciforme en or, insigne des hauts fonctionnaires impériaux. Sa bourse était remplie de plus d'une centaine de pièces d'or frappées entre les règnes de Théodose II et Zénon. A cela s'ajoutaient plus de deux cents monnaies d'argent datant de la république romaine jusqu'à Constance II et un anneau sigillaire[11]. Son épée longue (spartha) possédait une garde composée de deux animaux dos à dos, sa bouterolle décorée d'une plaque à deux tête d'oiseaux symétriques, ainsi que la hache d'un seul tranchant. Le scramasaxe était rangé dans un fourreau décoré d'or cloisonné avec des grenats. A son épée était suspendue un talisman fait en boule de cristal de roche. Ses chevaux de guerre ayant été sacrifiés pour être enterrés avec lui, ils lui vinrent en aide pour combattre au Walhalla, à l'image de Wotan chevauchant Sleipnir[12]. Une imitation de tête de taureau, symbole de force et du renouvellement de la vie, était accroché sur la tête de l'un d'entre eux[13]. Le titre de chef était décerné à celui dont la famille descendait d'un dieu. Les généalogies remontant toutes à une origine divine, la succession de Chlodion, père ou oncle de Mérovée (dont la mère aurait été violée par un monstre marin en forme de serpent appelé Neptune Quinotaure[14] (cinq fois taureau), ou d'un monstre anguipède (au pied de serpent), peut-être un dieu indo-européen, engendrant une dynastie sacrée) est sûre car les généalogies apprises par coeur chez les peuples dépourvus d'écriture, étaient confiées à la mémoire collective. Ainsi, les descendants de Mérovée, appelés mérovingiens, furent les fils de Mérovée. Il en était de même chez les autres peuples germaniques comme les Amales ou les Anglo-saxons[15] : en 450-455, les chefs anglo-saxons Hengist (étalon) et Horsa (cheval) débarquèrent sur l'île de Bretagne, ils affirmaient avoir Voden (Wotan) comme arrière grand-père[16].


250px-Arrival_at_Valhalla.jpg
magnify-clip.png
Odin chevauchant Sleipnir jusqu'au Valhalla, pierre runique du VIIIe siècle.

Au combat, le roi-prêtre[17] s'exposait à la vue des adversaires, action vue comme preuve d'une grande hardiesse [18]. Seul cavalier de la troupe, il chevauche une monture blanche afin de se rendre mieux visible de ses ennemis. Souverain sur le plan temporel et spirituel, il est sacré par la diffusion du charisme (heil[19]) du chef de guerre (heerkönig, littéralement « roi d'armée »[20]) : véritable incarnation de Wotan chevauchant Sleipnir, il est possédé par le heil qui lui procure vie, santé, victoire (devenant ainsi heilag), puissance sacrée déclenchant la violence destructrice. Il devient ainsi le descendant des dieux possédé par les puissances de l'au-delà[21]. S'il est tué au combat, c'est que les dieux l'ont abandonné ou choisi pour le Walhalla. La mort du roi signifiait la retraite pour les adorateurs de ce chef de guerre possédé, dont la fureur guerrière était divine. Wotan étant fourbe, inconstant et rusé, il inspirait un tel comportement à ceux qu'il possédait. Le pouvoir des guerriers pouvait être renforcé par Thor, et par Freya dont les prêtresses sacrifiaient des hommes pour équilibrer les morts et obtenir la victoire, ou pour obtenir des enfants[7]. Le paganisme déclina à partir de l'adoption du catholicisme après le baptême de Clovis Ier en 496. Le choix catholique permit aux Francs d'avoir l'appui du clergé gallo-romain qui luttait contre l'arianisme, une hérésie que les autres peuples germaniques avaient adoptés afin se rapprocher des chrétiens et de Rome. Cependant, pour les germains, l'arianisme se rapprochait plus de leur ancienne religion, car le roi-prêtre païen conservait toute sa sacralité et restait détenteur de pouvoirs temporels et spirituels, engendrant un totalitarisme chrétien[17].


Physionomie 

 Différents auteurs décrivent l'aspect et les caractéristiques physiques des Francs tel Sidoine Apollinaire « Ils ont la taille haute, la peau blanche, les yeux bleus, ils se rasent entièrement le visage, sauf la lèvre supérieure où ils laissent pousser deux petites moustaches ; leurs cheveux, courts derrière et longs devant, sont d'une blondeur admirable ; leur vêtement est si court qu'ils ne leur couvre même pas le genoux, et si serré qu'il laisse voir la forme de leur corps ; ils portent une large ceinture où pend une lourde épée, très tranchante[22] ».

De même, Chateaubriand dans son sixième chant des Martyrs décrit : « Parés de la dépouille des ours, des veaux marins, des aurochs et des sangliers, les Francs se montraient au loin comme un troupeau de bêtes féroces. Une tunique courte et serré laissait entrevoir toute la hauteur de leur taille, et ne leur cachait pas les genoux. Les yeux de ses Barbares ont la couleur d'une mer orageuse ; leur cheveleure blonde, ramenée en avant sur leur poitrine, et teinte d'une liqueur rouge, est semblable à du sang et à du feu. La plupart ne laisse croître leur barbe qu'au-dessus de leur bouche, afin de donner à leurs lèvres plus de ressemblance avec le mufle des phoques et des loups ».

Les ethnies de la ligue des FRANCS

Les peuples qui constituaient la ligue des Francs sont supposés être :

Les Chérusques sont parfois rattachés aux Francs alors que certains les mentionnent comme faisant partie des Saxons. Les Chauques, établis au nord-est des Frisons, plus souvent rattachés aux Saxons qu'aux Francs.

Plus tard une partie des francs, déplacée vers l'ouest, se fondra avec les saliens des rivages du nord de la Gaule ; on parlera des Francs Saliens à l'ouest et des Francs Ripuaires (de ripa = rive ) un peu plus à l'est, sur les rives du Rhin et de la Meuse.

L'origine des Francs Saliens est discutée ;

  • Certains historiens pensent que le mot « Salien » est dérivé du mot « sal » (sel), donc « Francs devenus riches grâce au trafic du sel ».
  • Une seconde possibilité, qui n'exclut pas la première est que le mot vient de Saalland (région de l'est de la Hollande moderne).
  • Une troisième hypothèse est que le mot viendrait effectivement de « sel » mais en relation avec la proximité de la Mer du Nord, donc les Francs des pays près de la mer (Belgique - partie sud de la Hollande). On sait que les Francs Saliens vivaient aussi avant la conquête de la Gaule dans le grand centre de la Belgique moderne (entre Escaut et Meuse).

Remarques :

  1. l'historien romain Tacite ne mentionne pas les Francs en l'an 98 après J.-C. dans son livre (en réalité : un catalogue) "Germania".
  2. dès leur installation en Belgique et dans le nord de la France actuelle (établie au quatrième siècle), les Francs (Saliens) sont considérés par les Romains comme un peuple à part, ayant leurs propres us et coutumes.

Les peuples cités plus haut auraient donc fusionné dans un temps relativement bref (120 ans).

Langue [modifier]

La langue ou plutôt les dialectes originellement parlés par les Francs ainsi que leur "profil culturel" sont rattachés au groupe ethnolinguistique indo-européen dit germain occidental, appelé souvent teutonique, comprenant deux sous-groupes : les montagnards au sud avec les Alamans, Gépides, Hérules, Lombards, Thuringiens, et le groupe des plaines au nord et à l'ouest : les Angles, les Francs, les Frisons et les Saxons, par opposition au groupe germain nordique ou scandinave (vieux norrois), parlé par les normands (nord man : hommes du nord) et au groupe germain oriental ou gothique, qui se fragmenta, avec les Burgondes, Jutes, Ostrogoths, Suèves, Vandales, Wisigoths. Les montagnards parlaient le haut-allemand (hochdeutsch) et les hommes des plaines, le bas-allemand (niederdeutsch). Les peuples germaniques au nord du Rhin et des Alpes, qui acquirent une culture écrite en dehors de l'empire gardèrent leur propre langue, les peuples qui envahirent l'empire abandonnèrent leur langue pour le latin[23].

Historiquement les Francs du début du Ier millénaire (bien avant Charlemagne) parlaient des dialectes du groupe linguistique dit bas-allemand, groupe à l'origine du néerlandais, entre autres. Ce francique-là, bas-allemand, n'avait sans doute pas de forme écrite, les Saliens utilisèrent donc hâtivement le latin comme en témoigne la rédaction de la loi salique, d'autant plus que pour plusieurs Francs le latin leur permit aussi de servir et même de graduer dans l'armée romaine. En revanche, sous les Carolingiens, les Francs principalement ceux du Rhin, s'étaient davantage répandus parmi les autres peuples germaniques et les variantes linguistiques avaient déjà pris le pas sur ce qu'on allait appeler le bas-allemand, le moyen-allemand et le haut-allemand.

Nota bene: "bas" signifie "nord" (bas-Rhin, ou proche de la mer), et "haut" signifie "sud" (haut-Rhin, ou plus haut géographiquement).

Article détaillé : Francique (langue morte).

Les Grandes Invasions [modifier]

Au IIIe siècle, les Francs participent aux grandes invasions barbares (257), aux côtés d'autres peuples qui pénètrent dans l'Empire romain. Le rôle des Francs reste cependant controversé. Il s'ensuit un rétablissement pour Rome, car les ligues germaniques de l'époque ne pouvaient tenir tête à l'armée impériale.

Vers la fin de l'Empire Romain, aux IVe et Ve siècles, on retrouve des Francs établis en Gaule comme Lètes dans la défense du limes, alors grandement romanisés, et en lutte contre d'autres barbares plus menaçants.
Pour plus de détails sur ces Francs soumis à l'empire, voir les : Fédérés francs.

Le terme de « barbare » disparaît avec la fin de la civilisation romaine et de l'espace culturel gallo-romain.

Dans le milieu du Ve siècle, sous l'influence du roi Clodion (ou Clogion), les Francs Saliens vont s'étendre jusqu'au nord de la France actuelle mais seront battus par les armées d'Aetius aux Vicus Helena en 446. Ils obtiendront tout de même un foedus de ce dernier. Le siège royal le plus important du territoire Franc Salien deviendra alors Tournai.

Articles détaillés : Grandes invasions et Royaumes francs.

Les Mérovingiens [modifier]

Parmi les Francs servant l'Empire depuis la fin du IIIe siècle, se trouvent les Francs saliens. Mérovée, ancêtre légendaire et quasi-divin est selon la tradition germanique la principale source de légitimité de leurs souverains qui en descendraient.

Toutefois, au Ve siècle leur roi est aussi devenu proconsul des Gaules, c'est-à-dire un fonctionnaire romain d'origine germanique mais très bien assimilé (en savoir plus sur cette dynamique d'intégration). Les Francs sont alors solidement établis dans les territoires qui allaient devenir la Neustrie et leurs fonctions militaires leur confèrent un pouvoir important en ces temps troublés : le jeune Clovis (germ. Hlodowec, qui donne par la suite les prénoms Ludovic ou Ludwig en Allemagne et Louis en France) devient leur roi à Tournai, probablement en 481. Mais il lui faut plus que le pouvoir d'essence divine que lui confère la mythologie tribale germanique, pour s'imposer face aux évêques, aux patrices ou à la population gallo-romaine en partie christianisée.

400px-ClovisDomain.jpg
magnify-clip.png
Les "domaines francs" de 511 à 561 issus de Clovis, duc des Francs saliens.

Installé à Soissons, où il a renversé un général romain nommé Syagrius, Clovis est sans doute d'abord sensible aux conseils de sa femme burgonde, Clothilde, convertie au christianisme, et à ceux de l'évêque de Reims,

mi.

Peut-être au cours d'une bataille importante contre les Alamans, la bataille de Tolbiac, il promet de se convertir à la religion chrétienne s'il est victorieux. Il tient parole et reçoit le baptême en 496 à Reims, avec 3 000 guerriers. Par la suite, il tente d'inculquer les principes chrétiens à son peuple encore largement païen.

Après une suite de victoires sur ses rivaux barbares, notamment sur les Burgondes lors de la bataille d'Autun, Clovis apparaît donc comme l'un des premiers rois germains d'Occident à avoir adopté la religion chrétienne dominante, celle de Rome, contrairement aux Wisigoths ou aux Lombards ariens et aux Alamans païens.

Il parvient ainsi à gagner le soutien des élites gallo-romaines et à fonder une dynastie durable (laquelle prend le nom de son ascendant germanique) : les Mérovingiens.

Les Mérovingiens règnent alors sur toute l'ancienne Gaule jusqu'au milieu du VIIIe siècle. Leurs souverains les plus connus sont : Dagobert Ier et la reine Brunehilde. À cette époque, comme sous la dynastie suivante, il n'est pas question de « France », mais bien d'un « royaume des Francs » : les rois germains, en effet, ne règnent pas sur un territoire, mais sur des sujets.

Les Carolingiens [modifier]

Dès la fin du VIIe siècle, alors que le climat se réchauffe, faisant monter le niveau de la mer, laquelle envahit les terres des anciens saliens, de l'estuaire du Rhin à la Flandre maritime du nord de la France, la politique est marquée par des querelles sanglantes entre les Francs neustriens (à l'ouest) et austrasiens (à l'est), les derniers Mérovingiens sont cantonnés à un rôle de souverain d'apparat. Ils ont un royaume exsangue : le pouvoir émietté est aux mains des aristocrates terriens. La culture latine a progressivement régressé au cours des deux siècles précédents. Une crise économique sans précédent a mis à mal l'ensemble des repères de l'Occident antique : elle est notamment due à la fermeture des routes commerciales avec le monde méditerranéen à cause des conquêtes arabes.

L'empire franc, de 481 à 814

C'est dans ce contexte que commence l'ascension d'une nouvelle famille. Parmi les réels détenteurs du pouvoir, les maires du palais austrasiens prennent de facto le contrôle de l'ensemble du royaume des Francs, avant de détrôner publiquement le dernier Mérovingien et de former leur propre dynastie : il s'agit des Pippinides (qui tire son origine de Pépin), ultérieurement connus sous le nom de Carolingiens (nom qui vient de Charles Martel). Soucieux de légitimer leur coup d'État, les Pippinides prétendent descendre de Francus, un Troyen légendaire, se rattachant par là à l'histoire de Rome.

Le pouvoir des Carolingiens marque l'entrée réelle dans le Moyen Âge: le centre du pouvoir se déplace vers l'est, des cités épiscopales antiques vers les domaines ruraux des comtes carolingiens. Il est remarquable que dans le même temps, les hommes de lettres, conscients de la disparition de la culture antique, tentent de la faire renaître : c'est la Renaissance carolingienne. Charlemagne, le deuxième et plus prestigieux souverain carolingien est lui-même couronné Empereur des Francs et des Romains en l'an 800 à Rome. Mais ces tentatives de restaurer l'Empire d'Occident échouent.

Naissance de la France [modifier]

En 842, les serments de Strasbourg, faits entre les fils et petits-fils de Charlemagne, héritiers de l'Empire qui se déchirent, témoignent de l'usage de langues qui sont totalement différentes à l'Ouest et à l'Est. Ils sont suivis du traité de Verdun en 843, qui consacre de fait la division de l'Empire carolingien en trois[24]puis bientôt deux royaumes. Ce dernier est ainsi l'acte de naissance de la France et préfigure aussi la future Allemagne.

Au Xe siècle, l'arrivée au pouvoir d'une dynastie saxonne, les Ottoniens, en Germanie, et celle des Capétiens en Francie occidentale marquent la fin de la dynastie des Carolingiens. Le terme Francs reste toutefois en usage pour distinguer les habitants de la France durant le Moyen Âge et c'est par le nom de franj que les chroniqueurs arabes décrivent au XIIIe siècle les croisés.

Les souverains carolingiens les plus connus sont : Pépin le Bref et Charlemagne.

Organisation militaire [modifier]

Les Francs eux-mêmes utilisaient des scramasaxes (épée de taille moyenne), des angons ou framées (lances à crochet permettant d'immobiliser l'adversaire en se fichant dans son bouclier), et des francisques (haches de jet à simple tranchant). Ces armes qui étaient technologiquement développées pour l'époque, alliées à un savoir-faire au combat développé par les Francs, sans cesse menacés à l'époque par leurs voisins germains, celtes et romains, ont permis à ce peuple de s'imposer assez rapidement mais au prix de durs combats...

250px-Panneau_sculpt%C3%A9_cavalier_germ
magnify-clip.png
Plaque de chancel faisant partie d'une frise représentant un cavalier germain. Halle, musée de Landes.

Au combat, ils n'employaient ni casque, ni cuirasse, c'est-à-dire tête nue et poitrine découverte. Les guerriers portaient le scramasaxe sur la cuisse et tenaient un bouclier en cuir de la main gauche. Les francs préférant l'infanterie à la cavalerie, les guerriers portaient leurs épées sur la cuisse et tenaient leurs boucliers de cuir sur la main gauche[25]. Ils ne possédaient pas de cavalerie lourde. « Ils se servent rarement de longues épées et de longues lances ; ils portent des javelots (hastæ) dits framées, dont le fer est étroit et court. C'est un trait acéré, fait pour être lancé ou combattre de près. Le cavalier n'a qu'un bouclier ou une framée, les fantassins nus ou vêtus d'un léger sayon, lancent des javelots ; chacun d'entre eux en lance successivement plusieurs... Leurs chevaux ne sont ni fins ni agiles, ni éduqués à l'exercice[26] ».

Ils lançaient les francisques de manière à briser les boucliers en bois recouvert de cuir. Le système de défense consistait à se grouper en cunei (coin triangulaire) et à faire tournoyer en l'air leurs longues épées. Ils attendaient alors l'ennemi et abattaient, par la force du tournoiement, les épées sur l'adversaire. Le scramasaxe permettait d'affronter les ennemis au corps-à-corps. Le bloc triangulaire ne bougeant pas, ils pouvaient se faire massacrer en cas de sous-effectifs ou d'attaque par surprise[27]. Les victoires de Clovis sont en partie dues au fait qu'il alignait sur le champ de bataille non seulement ses Saliens, mais aussi des cohortes de Gallo-romains, et qu'il s'attachait à garder vivantes la rigueur et la stratégie de l'armée romaine, dans laquelle nombre de Saliens avaient servis en tant que Lètes.

Mots français d'origine francique [modifier]

Voici quelques mots que le français a emprunté à l'ancien francique, la langue des Francs.

  • ban et ses dérivés (bannir, banal) < ban, territoire soumis à une autorité, interdiction, déclaration publique[28]
  • éperon < *sporo (ancien francique, cf. l'allemand Sporn)
  • hêtre < *haistr (ancien francique)
  • fauteuil < faldistôl (francique, cf. l'allemand falten « plier » et Stuhl « chaise »)
  • jardin < *gart ou gardo (ancien francique, cf. l'allemand Garten et l'anglais garden), « clôture », mais aussi « épine »…
  • heaume < helm (francique casque, cf. l'anglais helmet et l'allemand Helm)
  • marais < *marisk (ancien francique, cf. l'anglais marsh et l'allemand Marsch (land))
  • marque (de marquer) & marche (frontière)< *marka (ancien francique, cf. l'anglais mark et l'allemand Mark)
  • rang < *hring « anneau, cercle, assemblée militaire » (ancien francique, cf. l'allemand Ring)
  • harangue < *harihring littéralement « troupe, armée (hari) & assemblée (hring) »
  • trêve < *treuwa « contrat, convention » (ancien francique, cf. l'allemand Treue)
  • haubert < halsberg littéralement « cou (hals) & protection (berg) »
  • beffroi < bergfrid littéralement « veille, protection (berg) & paix (frid) »
  • bleu < blao (cf. l'allemand blau)

Le francique moderne a un autre nom: le néerlandais. NL = mot moderne en néerlandais, D = mot moderne en allemand. (liste non exhaustive)

  • abandonner (de bannjan = bannir) NL, D = bannen, verbannen
  • astiquer (de steken = pousser, utiliser un bâton pointu, relaté à stakka) NL = poetsen (faire briller) mais aussi steken, D = putzen (briquer)
  • bâtir, bastille (de bast = écorce, écorce de bouleau en lamelle, ficelle, matériel de construction) NL = bast (écorce) bouwen (bâtir), D = Bast (écorce) bauen (bâtir)
  • bière (de bera) NL, D = bier
  • blanc (de blinken = briller) NL = blink (cirage) blinken, D = blinken (luire)
  • bleu (de blao) NL = blauw, D = blau
  • bordure (de boord = bord) NL = boord
  • brun (de bruin) NL = bruin, D = braun
  • chic (de schikken = bien ranger, donc être valable) NL = schikken, D = schicken (adresser qc.) schicklich (bienséant)
  • choc, choquer (de scoc, schok = secousse) NL = schok, D = Schock
  • cresson (de kresso = plante signifiant nourriture) NL = waterkers, D = Kresse
  • dard (de darod = lance à jeter) NL = (mot disparu, cf. l'anglais Darts))
  • détacher, attacher, tailler, étal (de stakka = pieu, bâton pointu) NL = stok, D = Stock
  • écran (de scherm = protection) NL = scherm, D = Schirm
  • épieu, pieu (de speut = pointu) NL = spie, D = spitz
  • épier (de spieden) NL = spieden, D = spähen
  • escarmouche, escrime (de skirmjan = défence limitée) NL = schermen, D = schirmen
  • étale, étalage, étable (de stal = construction où l'on 'case' un animal) NL = stal, D = Stall
  • fief (de fehu, vee = troupeau de bovins) NL = vee, D = Vieh
  • fouquet (de fulko = écureuil) NL = eekhoorn (de eik = chêne, donc qui mange des glands de chêne /en anglais: acorn), D = Ecker
  • frais (de frisk, fris) Nl = fris, D = frisch
  • framboise (de braam bes = mûre + baie) NL = framboos (mot réintroduit)
  • fauteuil (de faldistôl = chaise stôl pliable faldi) NL = vouwstoel
  • galop(er) (de walalaupan, wel lopen = bien courir) NL = gallopperen (mot réintroduit), D = galoppieren
  • gant (de want) NL = want
  • garant (de warand, ware hand = vrai (et en) main) NL, D = garant (mot réintroduit)
  • garçon (de wrakjo = diminutif de wraker = tueur, donc: petit guerrier ) NL = jongen, D = Junge(n)
  • garde, gardien (de warding, dérivé de wachten = attendre, observer, surveiller, se tenir prêt) NL = wachter, D = Wächter
  • gaspiller, gaspillage (de wostjan, woest = rendre sauvage , sauvage) NL = woest (sauvage) verspillen (gaspiller), D = Wurst (sauvage) verspielen (gaspiller, perdre au jeu/la partie)
  • grappe (de greip, greep, grip = prise par une main, poignée) NL = greep (d'une main), tros (de raisins)
  • gris (de grîs, grau = brillant mais foncé) NL = grauw, grijs, D = grau
  • guerre (de werra, war = confusion) NL = oorlog (le mot war n'est qu'utilisé dans l'expression in de war = être confus), D = Wehr (barrage, défense)
  • haïr (de hatjan) NL = haten, D = hassen
  • hardi (de hard = dur, solide) NL = hard - le surnom de Charles, duc de Bourgogne, n'était pas "le téméraire" mais "le hardi"
  • honnir (de haunjan) NL = honen
  • jardin (de gaarden, dérivé de wachten (surveiller) = (plur.) les parcelles gardées, entourées d'une protection) NL = gaard, tuin, D = Garten
  • landes (de land= terre sableuse) NL, D = land (pays)
  • loge(r) (de laubja) NL = loge (mot disparu, mais réintroduit)
  • marche(r) (de marka = frontière, marque, marquer d'un pas) NL = merk, marcheren (mot réintroduit), D = marschieren (marcher)
  • marque (de marka = signe, signe d'une délimitation, frontière) NL = merk, D = Marke (marque)
  • marquis (de marka = région frontalière) NL = markgraaf (graaf = comte), D = Markgraf
  • maréchal (de marhskalk= gardien skalk des juments maren royales) NL = maarschalk (rang militaire), merrie (jument), D = Marschall
  • randonnée (de rant, rand = coté) NL = rand, trek (le voyage), D = Rand (coté)
  • rang (de hring = chaînon, anneau) NL = rang (mot réintroduit), NL, D = ring (anneau, route périférique)
  • saisir (de sakjan = revendiquer) NL = zaken (affaires) verzaken (renoncer), D = Sachen (affaires) entsagen (renoncer)
  • standard (de stand-hard = tenir debout fermement) NL, D = standard (mot réintroduit), stand, hard (dur)
  • trot(ter) (de trotton = mouvement de haut en bas) NL, D = trotten

Les mots réintroduits diffèrent des originaux parce que leur signification est plus spécifique et limitée. L'origine purement francique de certains mots est parfois discutée. Elle pourrait être germanique, bien que la différence n'est pas grande. Néanmoins, le néerlandais moderne compte pas mal de mots originaux qu'on ne retrouve pas en allemand. Pour le détail : on a compté plus de 750.000 mots en néerlandais, non compris les mots apparus depuis 1920. Ainsi le néerlandais compterait plus de mots que l'anglais. Pourtant, le nombre de mots d'origine étrangère est nettement plus limité qu'en anglais. Il est probable que les Francs avaient déjà une grande richesse de vocabulaire.

Doutes et questions quant à l'origine [modifier]

  • Il est clair que la langue francique est consistante et se distingue bien des autre langues (dialectes) germaniques. Ceci est assez étrange. Si l'on croit que les Francs étaient un peuple mixte (les tribus mentionnées en haut), on peut supposer que leur langue était une langue mixte. Or, ce n'est pas le cas. Il se pourrait que les Francs aient vécu parmi les tribus mentionnées.
  • Le territoire des Francs était long et étiré. Quelque 300 km de longueur sur environ 10 km de largeur sur la rive droite de Rhin. Ce territoire n'est pas négligeable. Il est curieux que Tacite n'ait pas mentionné les Francs. Ce peuple devait compter au moins quelque 100.000 personnes. En lisant 'Germania", livre de Tacite, on a pourtant l'impression qu'il essaie d'être complet et exhaustif quant aux tribus germaniques. Certains historiens tentent d'expliquer ce fait en situant la terre d'origine des Francs aux alentours de la Pologne moderne. Mais cela aurait pour conséquence que le dialecte allemand de cette région ressemblerait à celui de Francs. Or, ce n'est pas le cas: il n'y a aucun lien. On ne trouve aucun dialecte en Allemagne ressemblant au Francique.
  • Les Francs se sont d'abord établis dans le nord de la Belgique, en Flandre moderne. Cette région était déjà germanophone à l'époque romaine (voir Nerviens). Les Francs n'ont donc nullement importé leur langue dans cette région. Comme le bas-francique est l'ancêtre du néerlandais moderne, tout porte à croire que les Francs ont adopté la langue nervienne, et se seraient donc alors quelque peu celtisés.
  • Une question importante est : pourquoi les Francs se sont établi dans cette région ? Vu la puissance militaire des Francs dès le début, dès leur première mention par les Romains, on peut se demander pourquoi les Francs n'ont pas conquis une région gauloise nettement plus au sud. Les terres en Gaule sont nettement plus fertiles que celles de Flandre. D'ailleurs, la plupart des autres tribus germaniques ont poussé vers le sud ensoleillé.
  • Il y a même des doutes quant au nom 'Franc'. Soi-disant d'origine germanique, ce nom pourrait être dérivé du verbe latin 'frangere' = 'tuer, détruire, briser, vaincre'. 'Francus' pourrait signifier 'tueur, soldat, guerrier'. Si cette origine est correcte, cela pourrait expliquer le fait que Tacite ne les a pas mentionnés : ils seraient issus de l'empire romain lui-même. C'étaient peut-être des militaires pensionnés, des Germano-Romains expatriés. Reste à savoir de quelle région. Comme la langue francique est l'ancêtre du Flamand moderne, la région nervienne (le Brabant) peut être privilégiée.

Héritage des Francs [modifier]

L'essentiel de la culture héritée des Francs se trouve dans l'ouest de Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique (Flandre et Wallonie), au Luxembourg et dans le nord-est de la France tant dans l'architecture que dans la littérature ou les langues.

  • Un exemple frappant est l'architecture urbaine qui est restée proche de celle du Moyen Âge grâce aux Ernhaus que l'on retrouve dans de nombreuses communes de Thuringe, de Hesse ainsi que dans les régions du Rhin inférieur.
  • Les langues sont souvent présentes sous formes de dialectes substrats de l'allemand ou du néerlandais dont l'origine est la même que la langue jadis parlée par les Francs. Le francique peut être divisé en plusieurs sous-groupes, le bas francique (sud des Pays-Bas et Flandre), le moyen francique (Luxembourg, Communauté germanophone de Belgique, Sarre, Moselle, Rhénanie et Palatinat) et le francique méridional (nord de l'Alsace, nord du Pays de Bade et Hesse).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :